CHINE, CHINE Du choc des civilisations


Quand 2 civilisations se rapprochent, le choc peut ressembler à un coup de foudre. Les deux sont millénaires et le poids de leur culture individuelle née aux antipodes de la planète les a éloignées pendant des millénaires, selon le bon vouloir des avancées technologiques, des échanges commerciaux régis par les politiques successives.
Pourtant ces deux-là possédaient tout pour se rencontrer. Une province au fin fond du sud-ouest de la Chine, aux confins du Laos, du Vietnam et de la Birmanie aux terres rouges, très fertiles. Des terres rouges pour des thés noirs. Les plantations de thé  de Pu'Er sont parmi les plus fines de la planète. Pu'Er est située sur l'ancienne Route du Thé et des Chevaux reliant le Yunnan au Tibet.
De l'autre côté de la boule bleue, toute une région sous les  Gaulois et les Romains va apprivoiser une vigne très sauvage dont les chèvres sauvages en ont été les premières cueilleuses. La Vitis vinifera va vite subir comme le Camellia sinensis var. assamica le joug de l'homme. Récolte, oxydation,  macération, macération, assemblage et notion de terroir. Un jus plus ou moins ambré selon l'âge et le vieillissement pour le thé,  un jus rouge ou blanc selon les cépages pour le vin.
Les deux contrées vont pousser à l'extrême cette culture pour en tirer le meilleur. A Pu'Er, contrairement aux autres thés, les feuilles issues de grands arbres compressées en galette peuvent être être vieillies pendant plusieurs décennies pendant laquelle s'opère une post-fermentation qui donneront une saveur terreuse sous le travail des levures.




Lydia Gautier et Pierre Lurton




Libourne qui grâce à son maire Philippe Buisson et son adjoint Jean-Philippe Le Gal,  célèbre pour la première fois les 10 appellations de vignoble qui entourent la bastide, avec un "Libourne Fête le Vin" brillant dont on risque d'entendre parler tous les 2 ans, Le maire s'étant rapproché de la Chine,  voilà deux années avec la désormais propriétaire du Château La Rivière, également propriétaire des plus belles plantations du Yunnan, va perpétuer le rapprochement de cette Civilisation avec celle des Vins de Saint-Emilion-Pomerol-Fronsac.
Deux experts nous donnent  rendez vous en ce deuxième jour de la fête sous la voûte des salles de l' ancienne Ecole de Gendarmerie.
Le facétieux et non moins charismatique Pierre Lurton qui préside à la destinée des Châteaux Cheval-Blanc et Yquem et la dernière récente libournaise acquisition Quinault l'Enclos va tomber sous le charme de Lydia Gautier, conférencière experte en thés.
Assis près de moi, le spécialiste incontesté des vins de Bordeaux, Jean-Marc Quarin dont l'érudition n'a d'égale que la technicité.
Le match s'avérera passionnant, donnant lieu à des similitudes de jeu troublantes. "Le thé est beaucoup plus qu'un breuvage donc nous sommes en phase"  va débuter Pierre Lurton. Le Thé de Pu'Er autrement appelé thé noir dû à ses très longs vieillissements prolongés est né sur des terroirs calcaires, sous un climat semi-tropical, avec comme pour la vigne des notions de stress hydrique.
"On joue ici avec des mondes de complexité" remarquera le Bordelais, étonné tout au long par la similitude des termes employés par Lydia Gautier. Avec deux récoltes des feuilles dans l'année, avec une première récolte en mars avril et une en automne, le jus d'une couleur citronné peut ressembler à un très jeune Yquem, ce dont Pierre Lurton ne manquera pas de relever.
Pour obtenir la meilleure infusion possible, (4 minutes) Lydia Gauthier préconise les eaux acides du Mont Roucou, ou des eaux corses. Ce thé va passer passer par des stockages dits"humides". A ce grand Pu'Er, herbeux et floral,  on va associer un Quinault l'Enclos 2014, sphérique , "al dente", La correspondance des 2 breuvages s'avérera  stupéfiante. Très vite, Jean-Marc Quarrin va proposer un dîner lors de la prochaine édition de ce "Libourne Fête Le Vin"
La cérémonie du service du thé est d'un raffinement extrême et le ballet des jeunes filles en tablier rouge passion va nous plonger dans une sorte de recueillement qui nous fait prendre conscience de la qualité des breuvages qui ne se dément pas en bouche.

Le second thé est ambré, très aromatique, avec nez de paille et de camomille réunies, de fleurs  blanches très rafraîchissantes, le vin, Petit Cheval 2011 en pleine fleur, exprime une finesse déconcertante. Le mariage est printanier, superbe.

 Au Cheval Blanc 2006, cheval de course aux longues enjambées,  on va comparer la pixellisation importante de ce vin tout en complexité, un Pu'Er millésimé de 1996, au stockage naturel, issu d'une galette de 350 grammes dont les prix peuvent varier entre 1€ et plusieurs milliers comme peuvent l'être les vins de Bordeaux. Servi dans une petite tasse de porcelaine, (méthode dite de Taïwan) le jus du thé s'avère étonnement différent, tout en souplesse, comme assagi par les ans, révélant des notes d'amandes cédant à la fleur de jasmin ou de cerisier de mon enfance.









Marilyn

Un grand merci à toute l'équipe de "Libourne Fête le Vin" et que la fête continue.
Toutes les photos sont les miennes


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

FAUT PAS CHARRIER !

ON A PAS TOUS LES JOURS VINGT ANS !

MILLESIMES À LA HAUSSE !